Une vision stratégique de l'actualité scientifique et technologique du secteur des biotechnologies.

Une nouvelle technique d’imagerie ultraperformante

 

Une équipe de chercheurs INSERM/CNRS issus de l’Institut Langevin, de l’Accélérateur de Recherche Technologique en Ultrasons biomédicaux et du Centre de recherche cardiovasculaire de Paris, vient de mettre au point une technique d’imagerie médicale hybride non invasive combinant deux technologies existantes, la tomographie par émission de positons (TEP, ou PETscan) et l’imagerie ultrasonore ultrarapide. Baptisé PETRUS (Positron Emission Tomography Registered Ultrafast Sonography), le dispositif mis au point par Jean Provost, de l’Institut Langevin, et ses collègues permet de réaliser des images tridimensionnelles fournissant simultanément des informations sur l’anatomie, la physiologie et le fonctionnement des organes. La composante TEP, associée à un scanner tomodensitométrique (TDM) pour localiser précisément les organes, permet d’imager leur métabolisme. L’échographie ultrarapide permet quant à elle d’imager à haute résolution et en temps réel un large éventail de paramètres anatomiques et fonctionnels. Les chercheurs ont d’ores et déjà pu tester avec succès leur imageur en oncologie : le système PET-TDM/échographie ultrarapide a été utilisée chez la souris pour suivre simultanément l’évolution du métabolisme et de la vascularisation d’une tumeur au cours de sa croissance. Les essais réalisés en cardiologie ont quant à eux permis d’observer un coeur de rat au cours du cycle cardiaque en superposant des données échographiques temps réel (mouvements de la paroi myocardique, perfusion et rigidité du myocarde) avec les données métaboliques issues de la tomographie. Atraumatique, cette technique d’observation du vivant en temps réel offre de nombreuses perspectives : explorer le lien entre le métabolisme et la vascularisation d’organes comme le cœur, le rein ou le foie, évaluer l’effet de nouveaux traitements anti cancéreux, caractériser les suites d’un infarctus …

Nature Biomedical Engineering (février 2018) 2, 85-94       doi :10.1038/s41551-018-0188-z

Similar posts
  • L’IA pour prédire la réponse à l’immunothérapie     Une nouvelle étude publiée dans The Lancet Oncology le 14 août 2018 décrit un biomarqueur capable de prédire la réponse à l’immunothérapie.   Des chercheurs et médecins de Gustave Roussy, Centrale Supélec, Inserm, Paris-Sud Université et TheraPanacea, ont développé et entraîné un algorithme permettant de décortiquer des images de scanner et de décrire [...]
  • Les insectes aussi sont intelligents En partenariat avec RTFlash Edito du Sénateur René Trégouët 26/07/2018 Avec plus d’un million d’espèces connues dans le monde (dont 35 000 en France), les insectes représentent au moins 80 % de l’ensemble des êtres vivants présents sur Terre. Ces animaux sont les premiers à être apparus sur notre planète, il y a environ 400 millions [...]
  • NANOTRANSMED : une collaboration transfrontalière pour des matériaux dendritiques, « multi-fonctions » Vous devez être abonné(e) et connecté(e) pour voir entièrement ce contenu. Veuillez Login pour accéder au [...]
  • Un petit organite pour les microalgues mais un grand pas pour la production d’énergie Communiqué de presse CEA   Plantes et microalgues adaptent leur métabolisme énergétique aux fluctuations de lumière et de nutriments auxquelles elles doivent faire face en permanence. Les réactions du métabolisme étant compartimentées dans différents organites de la cellule, un enjeu majeur est de comprendre les mécanismes de circulation d’énergie et d’information entre ces organites. Dans [...]
  • Combattre les effets délétères d’un foie trop gras grâce au microbiote 70 à 80 % des personnes souffrant d’obésité et de diabète présentent une stéatose hépatique, ce qui conduit rapidement au développement d’une insuffisance hépatique, synonyme de risque de cancer et capacité réduite à filtrer les toxines environnementales et alimentaires.  Or, faute de médicament pour combattre cette maladie dite du « foie gras », les seules [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Dernière Lettre parue

Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)
Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)

Abonnement

(abonnement aux éditions de la Lettre et accès intégral au site)

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite

Maison de la chimie 2018