Une vision stratégique de l'actualité scientifique et technologique du secteur des biotechnologies.

Une enzyme fongique pour la bioraffinerie

 

La lignocellulose présente dans la paroi des cellules végétales est très résistante à la dégradation  enzymatique, ce qui limite la production de biocarburants à partir de bois. Un sujet qui fait l’objet de nombreuses recherches dans la filière de la chimie verte depuis une dizaine d’années. Des chercheurs de l’Inra et du CNRS ont identifié une nouvelle famille enzymatique du groupe des LPMO (lytic polysaccharides monooxygenases), produite par des champignons dégradeurs de bois, et capable de faciliter la dégradation du xylane, un polysaccharide qui recouvre les fibres de celluloses du bois. Les premiers essais, menés sur du peuplier et du pin, indiquent que cette nouvelle classe d’enzymes permet de transformer la cellulose du bois en glucose deux fois plus efficacement que ne le font les cellulases utilisées jusqu’ici en bioraffinerie.

Nature Chemical Biology (janvier 2018) doi:10.1038/nchembio.2558

Similar posts
  • Un petit organite pour les microalgues mais un grand pas pour la production d’énergie Communiqué de presse CEA   Plantes et microalgues adaptent leur métabolisme énergétique aux fluctuations de lumière et de nutriments auxquelles elles doivent faire face en permanence. Les réactions du métabolisme étant compartimentées dans différents organites de la cellule, un enjeu majeur est de comprendre les mécanismes de circulation d’énergie et d’information entre ces organites. Dans [...]
  • NUTRITHERAGENE : Grand-Prix I-Lab 2018 Vous devez être abonné(e) et connecté(e) pour voir entièrement ce contenu. Veuillez Login pour accéder au [...]
  • i-Lab : 20 ans et toujours innovant Vous devez être abonné(e) et connecté(e) pour voir entièrement ce contenu. Veuillez Login pour accéder au [...]
  • Les bases théoriques et conceptuelles de la génétique doivent être repensées En collaboration avec RTFlash, édito du Sénateur René Trégouët du 6 juillet 2018 De la découverte de la structure de l’ADN par Watson et Crick en 1953 à la première carte complète du génome humain en 2003, il a fallu 50 ans d’efforts et de recherches, tant les difficultés scientifiques et techniques à surmonter étaient [...]
  • Vincent Studer, lauréat du prix Jean Jerphagnon pour la photonique  Le  comité  d’organisation  du  Prix  Jean  Jerphagnon,  présidé   par  Jean­‐Luc  Beylat,  Président  de  Systematic  Paris­‐Region  et  Président  de  Nokia  Bell  Labs  France,  a  annoncé  le  lauréat  2017  de ce prix.   Il  est  attribué  à  Vincent  Studer  qui  a  reçu  une  dotation  de  10.000 €   et  a  été  remis  lors  de  la  journée [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Dernière Lettre parue

Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)
Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)

Abonnement

(abonnement aux éditions de la Lettre et accès intégral au site)

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite

Microbiotes 2018