Une vision stratégique de l'actualité scientifique et technologique du secteur des biotechnologies.

Prix Sjöberg 2018 : deux chercheurs français récompensés

Communiqué MESRI

———

Frédérique Vidal félicite chaleureusement Anne Dejean-Assémat et Hugues de Thé, lauréats du prix Sjöberg décerné par l’Académie royale suédoise pour leurs recherches sur la leucémie aiguë promyélocytaire, une des formes les plus agressives du cancer du sang.

Titulaire d’une thèse de doctorat en biochimie et en biologie moléculaire de l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC), Anne Dejean-Assémat est directrice de recherche à l’Inserm. Elle entre à l’Institut Pasteur en 1980 pour y effectuer sa thèse. En 1985, elle est recrutée comme chargée de recherche à l’Inserm. Elle est promue directrice de recherche de classe exceptionnelle en 2009 puis nommée professeure à l’Institut Pasteur en 2010. Anne Dejean-Assémat dirige l’unité de recherche « Organisation nucléaire et oncogenèse » (Institut Pasteur et Inserm) depuis 2003. Elle a obtenu le grand prix Inserm en 2014.

Docteur en médecine et docteur ès sciences, Hugues de Thé est titulaire de la chaire Oncologie cellulaire et moléculaire du Collège de France et biologiste de l’Hôpital Saint Louis. Chargé puis directeur de recherche à l’Inserm (1991, 1993), il est nommé professeur des universités, médecin des hôpitaux en 1995. Il dirige l’unité de recherche « Pathologie et virologie moléculaires » (Inserm, CNRS, université Paris-Diderot) depuis 1995. Il est également professeur au Collège de France depuis 2014.

Frédérique Vidal tient à féliciter ces chercheurs dont les travaux permettent aujourd’hui d’espérer le développement de nouvelles thérapies pour d’autres formes de cancers. Ils contribuent ainsi au dynamisme et au rayonnement de la recherche française.

Le prix Sjöberg a été créé en 2016 pour récompenser des chercheurs ayant fait des découvertes majeures dans le domaine du cancer. Décerné par l’Académie Royale Suédoise et financé par la Fondation Sjöberg, le prix 2018 est accompagné d’une dotation d’un million de dollars qui financera les futurs travaux des chercheurs lauréats.

Le prix a également récompensé Zhu Chen de l’Université de Jiao Tong à Shanghai.

Similar posts
  • Elsalys Biotech poursuit sa collaboration avec l’Institut Curie pour développer un anticorps thérapeutique first-in-class anti-TYRO3 dans... Les premières études menées dès 2013 par Elsalys Biotech avec l’Institut Curie dans le laboratoire du Dr. François Radvanyi, UMR 144 (Compartimentation et dynamique cellulaires, Institut Curie/CNRS/Sorbonne Université) avaient permis de valider la cible thérapeutique : TYRO3, une protéine Tyrosine Kinase de la famille TAM (TYRO3/AXL/MER) surexprimée à la surface des cellules cancéreuses et impliquée dans [...]
  • Une nouvelle technique d’imagerie ultraperformante   Une équipe de chercheurs INSERM/CNRS issus de l’Institut Langevin, de l’Accélérateur de Recherche Technologique en Ultrasons biomédicaux et du Centre de recherche cardiovasculaire de Paris, vient de mettre au point une technique d’imagerie médicale hybride non invasive combinant deux technologies existantes, la tomographie par émission de positons (TEP, ou PETscan) et l’imagerie ultrasonore ultrarapide. [...]
  • Transformer le cancer en maladie chronique : un objectif désormais réaliste En partenariat avec RTFlash, édito du Sénateur René Trégouët zoom Comme vient de le confirmer le dernier rapport de l’American cancer society, la mortalité par cancer poursuit son recul historique aux États-Unis, avec une baisse de 26 % de mortalité provoquée par cette maladie entre 1991 et 2015, soit près de 2,4 millions de décès [...]
  • L’ordinateur nanomorphique ouvre-t-il la voie vers une intelligence artificielle « forte »  En Partenariat avec RTFlash N°936, édito du Sénateur René Tregouët zoom Depuis les origines de l’informatique, il y a maintenant trois quarts de siècle, la grande majorité des ordinateurs fonctionne selon le mode binaire : ils produisent, stockent et traitent les informations sous la forme de 0 et de 1 ; c’est-à-dire d’absence ou de présence [...]
  • Une enzyme fongique pour la bioraffinerie   La lignocellulose présente dans la paroi des cellules végétales est très résistante à la dégradation  enzymatique, ce qui limite la production de biocarburants à partir de bois. Un sujet qui fait l’objet de nombreuses recherches dans la filière de la chimie verte depuis une dizaine d’années. Des chercheurs de l’Inra et du CNRS ont [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Dernière Lettre parue

Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)
Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)

Abonnement

(abonnement aux éditions de la Lettre et accès intégral au site)

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite