Une vision stratégique de l'actualité scientifique et technologique du secteur des biotechnologies.

Perspectives de l’épigénétique en dermo-cosmétique

Les chercheurs de Givaudan Active Beauty testent in vitro sur des lignées cellulaires des produits d’origine végétale ou marine pour trouver des marqueurs de l’épigénétique.

Interview d’Alexis Rannou, Directeur des Opérations chez Givaudan Active Beauty, business unit dédiée aux ingrédients actifs cosmétiques du Groupe Givaudan

 

Les industriels de la cosmétique attendent beaucoup de l’épigénétique ?

Oui, comme nous l’avons constaté lors du colloque Epigen 2018 organisé par Adebiotech les 13 et 14  mars dernier, et dont Givaudan était l’un des participants et sponsor, les fournisseurs producteurs d’actifs cosmétiques comme BASF ou ID bio  ont fait état de nouvelles perspectives en dermo-cosmétique.

L’épigénétique joue un rôle essentiel dans la régulation de l’expression des gènes et la méthylation de l’ADN intervient dans différents processus cellulaires, c’est en particulier un marqueur du vieillissement cutané. La relation méthylation/expression peut être complexe : selon les lignées cellulaires, une faible méthylation favorise la transcription en ARNm mais une forte méthylation va au contraire l’inhiber.

Comment  procédez-vous?

En tant que fabricants dans le domaine des biotechnologies blanches et marines, nous utilisons des matières premières végétales et les produits obtenus par extraction ou fermentation sont screenés. Des marqueurs épigénétiques sont testés au niveau vitro sur des lignées cellulaires et nous évaluons leur modulation  (degré de méthylation ou Micro ARNm).

En ce qui concerne l’épigénétique, on ne peut en dire plus actuellement. L’aspect transgénérationnel sur la peau humaine est très compliqué à évaluer et nous manquons pour l’instant de recul, de suivi et de tests d’objectivations. A la différence de ce que l’on peut observer dans le domaine de la nutrition et santé animale comme l’a montré Romain d’Inca, Directeur innovation de Neovia.

https://www.youtube.com/watch?v=Eq7PgbTpW0A&t=37s

Comment évolue le site de Pomacle depuis le rachat en 2014 par Givaudan ?

Après le rachat de Soliance en 2014, Givaudan a racheté à l’été 2015 le groupe suisse Induchem AG, fabricant d’ingrédients en cosmétique. Il vient d’ailleurs de prendre part à hauteur de 40,6% du capital du français Naturex en mars 2018. Il n’y a eu aucune synergie destructive. Les équipes R&D et vente de Soliance et d’Induchem ont fusionné sous la marque Givaudan Active Beauty. A Pomacle-Bazancourt, dans la Marne, Givaudan a inauguré en 2015 une ligne de production de biotechnologies blanches (White biotech) d’actifs cosmétiques innovants, dans lequel il a investi 11 M€. Depuis le rachat, j’ai été nommé directeur des opérations et du process Développement et j’évolue entre Pomacle, Volketswil (Induchem) et Ile Grande.

A Pomacle, nous avons en R&D un nouveau laboratoire de culture cellulaire permettant la mise au point de nouveaux tests d’objectivations. Nous travaillons également sur le développement de nouveaux actifs afin de valoriser la biomasse et les co-produits.

Quels sont vos partenariats dans le domaine de la R&D?

En France, nous avons 3 sites de R&D et collaborons en amont avec des universités et start up innovantes. Le site de Toulouse est spécialisé en métagénomique et dans la biocatalyse. Le site de Pomacle est concentré sur la biotech blanche et verte avec toute l’objectivation vitro, vivo et clinique. Le site de L’Ile Grande est expert en Biotech Bleues (micro et macro algues.

Vous avez dirigé  de 2000 à 2007 le site de l’Ile Grande dans les Côtes d’Armor?

Oui ce site est spécialisé en biotech marine et valorise la biodiversité marine via la culture, l’extraction ou la production d’exopolysaccharides dans une eau de mer de qualité exceptionnelle. L’originalité de la biotech marine est d’être CO2 négatif car c’est via la photosynthèse que les algues et micro algues se développent et la biodiversité est immense.

Vous êtes à l’interface des relations avec les grands comptes ?

Nous sommes effectivement en relation avec les grands donneurs d’ordre de la cosmétique (L’Oréal, BDF, Estée Lauder etc…). Notre R&D est très connectée et propose des solutions aux demandes clients.

Quels nouveaux actifs avez-vous annoncés lors du Salon InCosmetics 2018 à Amsterdam?

racine de vétiver jaune

racine de vétiver jaune

Deux nouveaux actifs y ont été présentés. D’une part, VetivyneTM, qui est un actif extrait des racines de vétiver, déjà utilisé chez Givaudan Fragrances. L’équipe scientifique a prouvé l’efficacité cosmétique de cet actif naturel et respectueux de l’environnement. Cet actif anti-âge permet de réhydrater la peau, de réduire les rides autour des yeux et des lèvres et de repulper la peau.

D’autre part, nous avons lancé PrimalHyalTM Ultrafiller qui est un acide hyaluronique acétylé possédant une activité puissante grâce à sa capacité à pénétrer dans la peau comme une injection en mésothérapie. Cet actif est un anti-âge puissant qui agit au cœur de la ride en 1h (tests in vivo).

Propos recueillis par Thérèse Bouveret

Ingénieur agricole, Alexis Rannou, est entré en 1997 chez Soliance où il est devenu, dès 2000, directeur général adjoint, puis chargé de l’innovation en 2007 de la société, rachetée en 2014 par le groupe suisse Givaudan (Genève), numéro 1 mondial dans la fabrication d’arômes, de parfums et d’ingrédients actifs cosmétiques. C’est un groupe international qui compte 11.000 salariés dans le monde, 45 sites de production et a réalisé un CA de 5.1 milliards de CHF en 2017.

 

Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Dernière Lettre parue

Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)
Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)

Abonnement

(abonnement aux éditions de la Lettre et accès intégral au site)

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite