Une vision stratégique de l'actualité scientifique et technologique du secteur des biotechnologies.

MedinCell reçoit une subvention de 3,5 MUSD pour développer un contraceptif actif six mois avec sa technologie BEPO

Communiqué de presse – La société française MedinCell a reçu une subvention de 3,5 millions de dollars de la Fondation Bill & Melinda Gates pour lancer le développement d’un contraceptif injectable actif pendant six mois grâce à la technologie BEPO de la société. À terme, ce programme pourrait faciliter l’accès à la contraception pour des millions de femmes dans les pays en développement.

« En développant des contraceptifs innovants disponibles à un prix abordable avec le soutien de la Fondation Gates, nous souhaitons participer activement à l’émancipation des femmes dans le monde », déclare l’entreprise. Elle ajoute : « Combiner une molécule progestative avec notre technologie BEPO va nous permettre de créer un nouveau moyen de contraception qui répond parfaitement aux besoins des femmes et apporte des solutions aux freins logistiques, économiques et culturels que l’on rencontre dans de nombreux pays en développement dans l’accès à la contraception. »

Chaque année, environ 80 millions de femmes subissent une grossesse non désirée dans les pays en développement1. Parmi ces femmes, une sur quatre a recours à un avortement à risque. Permettre l’accès à une contraception efficace – accompagnée d’une information claire et de services pertinents en matière de planning familial – vise à réduire le nombre de grossesses non désirées et les décès qui en résultent, ainsi qu’à faire baisser les taux d’avortement et le nombre de décès infantiles. Améliorer l’accès à la contraception est donc un réel enjeu de santé publique pouvant avoir de réels impacts économiques et culturels.

Le programme vise à concevoir un contraceptif actif pendant six mois après une seule injection. Ce serait le premier contraceptif réversible à longue durée d’action (CRLDA) combinant quatre caractéristiques essentielles : une molécule progestative, une injection sous-cutanée, un dépôt entièrement biorésorbable et un coût abordable.

Des études ont montré l’efficacité supérieure des méthodes CRLDA par rapport à d’autres types de contraceptifs. Le risque d’échec de la contraception chez les femmes utilisant des pilules contraceptives orales ou d’autres méthodes est 17 à 20 fois plus élevé que le risque pour celles utilisant des CRLDA. Le manque d’adhésion aux traitements contraceptifs est le principal élément expliquant cette différence.2

Contrairement à d’autres CRLDA, tels que les implants contraceptifs, aucune intervention chirurgicale ne sera nécessaire avec le contraceptif BEPO®. Une simple injection sous-cutanée du contraceptif BEPO engendrera la formation immédiate d’un dépôt agissant comme une pompe virtuelle jusqu’à sa disparition complète. Avec des coûts de développement et de production relativement faibles et une forte stabilité, le contraceptif BEPO devrait être adapté aux programmes à but non lucratif et être accessible aux femmes des pays en développement et des pays développés conformément à l’engagement de MedinCell pour améliorer la santé partout dans le monde.

MedinCell va maintenant commencer à formuler le nouveau contraceptif BEPO et s’attend à ce que les prototypes soient prêts d’ici deux ans pour lancer les prochaines étapes de développement (essais précliniques puis cliniques).

Similar posts
  • MedinCell ouvre son capital à CM-CIC Innovation pour financer l’accélération de sa croissance   Détenue exclusivement par ses fondateurs et ses employés depuis sa création, MedinCell accueille désormais un premier investisseur institutionnel en ouvrant son capital à CM-CIC Innovation. L’entreprise montpelliéraine, qui développe une nouvelle génération de médicaments injectables à  longue durée d’action grâce à sa technologie BEPO, ouvre ainsi la voie à de futures opérations de financement [...]
  • Le Dr Georges Gaudriault nommé directeur R&D de Deinove Docteur en pharmacologie moléculaire, expert du développement de nouvelles molécules et de leur formulation, le Dr Georges Gaudriault a été nommé le 23 mai dernier directeur R&D de Deinove. Il remplace Jean-Paul Leonetti qui a réintégré le CNRS. Il sera en charge des trois activités de la société. Avec près de 20 ans d’expérience dans [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Dernière Lettre parue

Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)
Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)

Abonnement

(abonnement aux éditions de la Lettre et accès intégral au site)

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite