Une vision stratégique de l'actualité scientifique et technologique du secteur des biotechnologies.

L’or rouge du Sud-Est marocain

La biotechnologie peut-elle accélérer l’expansion des surfaces consacrées à la culture du safran ? Comment peut être conçu le développement de la filière ? Mohammed Amine Serghini travaille sur ces questions à la Faculté des sciences, à Agadir.

imgresLe terme safran renvoie à la fois à la plante Crocus sativus L., qui produit des stigmates, et à l’épice, qui résulte de ces stigmates. Les multiples vertus du safran sont exploitées dans divers domaines : à usage culinaire ou mélangé à des breuvages pour sa saveur, à but thérapeutique, pour décorer le bois et colorer les tapis en artisanat, ou encore dans les cosmétiques. La précieuse polyvalence de cette plante est pourtant souvent moins évoquée que la valeur économique du produit.


Vous devez être abonné(e) et connecté(e) pour voir entièrement ce contenu.

Veuillez Login pour accéder au contenu.

Articles qui pourraient vous intéresser

Similar posts
  • L’Afrique du Nord en mutation « Paris-Alger, c’est aussi important que Paris-Berlin ! » L’article de l’économiste Jean-Louis Levet dans la Tribune du 2 février a fait le buzz. Jean-Louis Guigou, le président de l’Institut de prospection économique du monde méditerranéen (IPEMED) défendait le même point de vue le 7 février lors du petit déjeuner L’Algérie de demain organisé par ce quotidien au siège de bpifrance : « L’Algérie emprunte [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Dernière Lettre parue

Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)
Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)

Abonnement

(abonnement aux éditions de la Lettre et accès intégral au site)

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite

InnovIn Med