Une vision stratégique de l'actualité scientifique et technologique du secteur des biotechnologies.

Le triomphe de l’audace

Emmanuel Macron, élu à la présidence de la République, semble symboliser le triomphe de l’audace et de cet esprit de start-up à la française,  transposition sur le plan politique de la réussite de la French Tech. Alors ministre de l’économie de l’économie et des finances, il était passé lors du 2ème Inno Génération de bpifrance à l’hôtel Accor Bercy, les 25 et 26 mai 2016, à la faveur du lancement de l’accélérateur ETI de bpifrance. Il avait été accueilli par un aréopage d’industriels, tous secteurs confondus qui lui  semblaient favorables. Dans ces journées qui célébraient aussi l’essor du label French Tech, les biotechs étaient encore peu représentées laissant la part belle aux start-up du numérique, au démarrage plus rapide, mais aux retombées économiques à long terme moins considérables que celles du secteur de la santé dont la maturité est beaucoup plus longue. C’était juste avant qu’Emmanuel Macron ne démissionne du gouvernement et ne crée son mouvement « En marche », en quête d’une plus grande efficacité.

Pendant la campagne présidentielle, entre autres mesures libérales, le candidat Macron a annoncé qu’il voulait réduire le taux d’imposition pour les entreprises. Avec le succès du 7 mai, Emmanuel Macron a fait le preuve de son esprit d’innovation et de sa capacité d’écoute des divers courants politiques français ainsi que de sa volonté de rassemblement dans un projet de refondation du contrat républicain en France mais aussi du remodelage du contrat européen.

L’attente est forte

« De nombreux défis attendent le prochain gouvernement au plan économique : emploi, croissance, compétitivité, attractivité… » annonce le LEEM (Les entreprises du médicament) dans un communiqué saluant l’élection du président et lui exprimant ses vœux de réussite ainsi qu’à son gouvernement.« De ce point de vue, les industries de santé constituent une branche d’excellence porteuse d’innovation et de dynamisme. Elles représentent de l’avis de tous les rapports d’experts remis aux différents gouvernements ces dernières années, un secteur d’avenir pour l’économie nationale. Par ailleurs, une vague d’innovations thérapeutiques sans précédent se présente, soulevant des enjeux technologiques, de santé publique, d’accès aux soins et bien évidemment de financement. Ces innovations soulèvent également la question de la modernisation de notre appareil de santé et constituent de ce point de vue une formidable opportunité de transformation dans l’intérêt même des patients » souligne Patrick Errardt, le président du Leem.

Alors que le nouveau Président de la République en appelle à  «  la ferveur » et «aux énergies disponibles », nous guettons « avec espérance », pour reprendre ses propres mots, l’apparition d’actions marquantes dans ce sens. Les entreprises de biotechnologies dans la santé, plus encore que dans d’autre secteurs, medtechs, énergie, cosmétique, ont besoin de la longue durée pour se consolider et pouvoir contribuer à la croissance de la France plutôt que d’être vouées au rachat par des entités étrangères. Toutes les déclinaisons de cette révolution en marche dans le domaine des biotechs rouges mais aussi blanches (industrielles) se trouvent en germe et n’attendent qu’un signal fort pour exprimer tout leur potentiel.

 

Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Dernière Lettre parue

Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)
Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)

Abonnement

(abonnement aux éditions de la Lettre et accès intégral au site)

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite

AIS2018
oulouse ESOF 2018