Une vision stratégique de l'actualité scientifique et technologique du secteur des biotechnologies.

Le coût sanitaire de l’exposition aux perturbateurs endocriniens

Le coût sanitaire direct et indirect de l’exposition aux produits contenant des perturbateurs endocriniens (PE) pourrait s’élever à plus de 340 milliards de dollars par an aux Etats-Unis. Ce coût correspondrait à 2,33% du PIB des Etats-Unis par an (contre 1.2% à 2% du PIB pour l’UE).

La différence entre l’UE et les Etats-Unis serait le fait de réglementations différentes en ce qui concerne notamment les PBDE, des substances ignifuges également appelées « retardateurs de flammes » utilisées notamment dans les meubles ou les emballages. Beaucoup moins réglementés qu’en Europe, les PBDE seraient à l’origine des deux tiers des coûts sanitaires liés aux PE aux Etats-Unis, soit environ 200 Mds$ (contre100 Mds$ par an en Europe, selon l’étude publiée en 2015). 

Aux Etats-Unis, l’exposition aux PBDE a, selon eux, entraîné 11 millions de points de quotient intellectuel (QI) perdu et 43.000 cas de retard intellectuel, alors que les pesticides ont abouti à la perte de 1,8 million de points de QI et à 7.500 cas de retard intellectuel. En mesurant l’impact de l’ensemble des PE, y compris des phtalates et du bisphénol A, les chercheurs sont également parvenus à 245.000 cas de diabète et 240.000 cas d’infertilité masculine, 10.000 décès prématurés dus à des maladies cardiovasculaires, 1.500 cas d’autisme et 4.400 cas de TDAH (trouble du déficit de l’attention) aux Etats-Unis. 11 octobre The Lancet Diabetes and endocrinology.

 

Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Dernière Lettre parue

Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)
Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)

Abonnement

(abonnement aux éditions de la Lettre et accès intégral au site)

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite

AP INNOV 2017
Mab Design