Une vision stratégique de l'actualité scientifique et technologique du secteur des biotechnologies.

Le biocontrôle par la microbiologie de sols

 

christian-huyghe-directeur-scientifique-inra

Tribune libre de Christian Huyghe, directeur scientifique de l’INRA

Le sol est riche en matière organique et extrêmement riche en microbes ; ce « microbiote » est dépendant de l’histoire de la parcelle et il conditionne ses potentialités agronomiques : la capacité à faire pousser, c’est ça qui va déterminer la minéralisation de l’azote, la libération du phosphore etc…. L’histoire de la parcelle, les successions culturales et les modes de culture conditionnent largement la matière organique disponible dans le sol, grâce aux restitutions des cultures et la microflore du sol. Les prairies et les déjections animales contribuent à la restitution de grandes quantités de matière organique dans le sol. C’est aussi dans cet environnement là que sont présents des pathogènes qui vont attaquer la plante. L’hypothèse qu’on fait est que plus le sol sera riche en matière organique, microorganismes, plus il aura une microflore abondante et plus elle sera stable. Les milieux pauvres se déséquilibrent très vite, les milieux riches restent stables. C’est aussi le fonctionnement de cette biomasse microbienne qui va déterminer les émissions de gaz à effet de serre. Le dégazage de CO2 par le sol est lié à la matière organique et au fonctionnement de la microflore. C’est ce qu’il faut comprendre et qui offre potentiellement des leviers pour l’action. Et donc, on peut apporter des choses, par exemple, par les graines, soit les rhizobium qui vont permettre aux légumineuses de fixer l’azote, et potentiellement les mycorhizes : par exemple, quand on mycorhize des arbres pour faire des truffes, on apporte une modification importante dans cette flore microbienne.

La question qu’on se pose pour demain est la suivante : est-ce que cela pourra s’appliquer dans les démarches de biocontrôle? Les classes de biocontrôle sont les macroorganismes (les coccinelles par exemple), des phéromones et les kairomones *, des substances naturelles et des microorganismes. Avons-nous la capacité d’apporter via la graine des microorganismes qui vont permettre de lutter contre un pathogène du sol ? Si nous comprenons la flore microbienne, nous serons peut-être être en capacité de la manipuler. Ces avancées ont été rendues possibles par les gigantesques capacités de séquençage génomique du microbiote qui n’existaient pas il y a encore trois ans. Nous étions alors en capacité d’en séquencer quelques-uns mais pas dans les proportions actuelles. Nous avons des grandes capacités de traiter de l’information génomique avec l’URGI, le Génoscope. Toutes les plateformes de séquençage et de bioinformatique sont aujourd’hui inter-connectées. C’est un grand champ de connaissances et d’innovation qui s’ouvre.

 

Similar posts
  • « Le printemps de l’Intelligence artificielle »   Le rapport « Pour une intelligence artificielle, maîtrisée, utile et démystifiée » a été remis le 15 mars dernier par l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Techniques) au Sénat et à l’Assemblée Nationale et rendu public le 29 mars au Sénat. « L’OPECST a été saisi le 29 février 2016 par la commission des affaires économiques [...]
  • Microbiote et contaminants alimentaires : une mycotoxine amplifie l’action génotoxique d’une bactérie intestinale Des chercheurs de l’Inra et leurs partenaires1 ont étudié chez l’animal les conséquences de la présence simultanée dans l’intestin d’un certain groupe de bactéries du microbiote et d’un contaminant alimentaire courant, le déoxynivalénol (DON). Ils montrent que la présence de cette mycotoxine renforce le caractère génotoxique des bactéries, c’est-à-dire augmente le nombre des cassures sur [...]
  • Inquiétude sur le dioxyde de titane dans l’alimentation   Les enfants seraient deux à quatre fois plus exposés au dioxyde de titane que les adultes du fait de leur consommation de confiseries comme en a alerté dès juin 2016,  Agir pour l’environnement révélant la présence de cet additif alimentaire (E171) en contenant dans des biscuits LU, des chewing-gums Malabar et la blanquette de veau [...]
  • L’INRA publie une étude sur les effets de l’ingestion de l’additif alimentaire E171 L’INRA a publié le 20 janvier dans la revue Scientific Reports (Nature) une étude sur les effets de l’ingestion de nanoparticules de dioxyde de titane : lésions pré-cancers, immunité altérée, pénétration de la paroi intestinale. Des chercheurs de l’Inra et leurs partenaires1 ont étudié les effets d’une exposition orale au dioxyde de titane, un additif [...]
  • L’intelligence artificielle, est-ce vraiment de l’intelligence ? Ce contenu est réservé aux abonnés. Pour continuer cliquer sur le lien ci dessous. Login & [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Dernière Lettre parue

Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)
Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)

Abonnement

(abonnement aux éditions de la Lettre et accès intégral au site)

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite

Mab Design
AIS 2017