Une vision stratégique de l'actualité scientifique et technologique du secteur des biotechnologies.

Interview de Jean-Philippe Maurer – président de Millipore SAS et directeur des trois usines Merck du site de Molsheim

« Notre vocation et notre fierté est d’allier équipement, consommables et services pour répondre précisément à la demande de nos clients »

Jean-Philippe MAURER - Merck - MolsheimInterview de Jean-Philippe Maurer
Président des entités légales Millipore SAS (Molsheim) et Merck Biodevelopment (Martillac) et directeur des trois usines Merck du site de Molsheim

Comment décririez-vous la place du site de Molsheim dans l’offre internationale de Merck ?
Le site de Molsheim est un site important dans l’ensemble des activités de Merck puisqu’il génère – avec celui de Saint-Quentin-en Yvelines – un milliard de chiffre d’affaires annuel. Les deux sites représentent 50 % des effectifs de Merck en France. Mais au-delà de cela, il est un site phare pour la division Life Science puisque nous intervenons dans les trois activités de ce domaine, de la R&D à la production. Nous fabriquons ici des produits qui ne sont fabriqués nulle part ailleurs dans le monde et 85 % de notre production est destinée à l’export.


Le BioMonitoring y tient une place importante et l’investissement de 12 millions qui a permis de construire deux nouvelles lignes de production majeures et de réorganiser la façon de travailler des salariés dédiés à cette activité prouve que le site continue à se développer et à se structurer depuis son acquisition par Merck. C’était important à ce moment de notre histoire d’une part de rassembler sous un même toit, celui du « Cube », la R&D, le marketing et la direction « BioMonitoring », jusque là dispersées dans différents bâtiments et, d’autre part, d’y installer la production des milieux de culture les plus innovants que sont les RTU.

Mais l’activité BioMontoring n’est pas la seule spécialité du site de Molsheim…
Nous avons deux autres activités ici dans la division « Life Science ». L’une est la production d’équipements destinés à la purification d’eau, Lab Water. C’est une unité de 230 personnes qui produit des équipements et des filtres de haute purification de l’eau, comme milli-Q, pour des laboratoires de R&D ou différentes entreprises ayant besoin d’eau pure ou utra-pure. L’autre est une unité d’ingénierie, Systems&Solutions, qui conçoit et réalise des dispositifs « sur mesure » à la demande d’une biotech ou d’un fabricant de molécules thérapeutiques par exemple. Il peut alors s’agir de concevoir un bioréacteur, un système d’ultrafiltration, des filtres viraux ou microbiens,… Nous assurons ce service à l’échelle mondiale. La conception se fait ici, ou dans un des sites satellites du groupe, aux Etats-Unis, en Chine ou en Inde, et le site de Molsheim assure la coordination, parfois à proximité de l’utilisateur final. Le site de Molsheim est également le siège d’un Business Center que nos clients peuvent solliciter pour une assistance dans l’utilisation de leurs produits.

Merck propose des solutions dans des domaines très différents. Y a-t-il un ou plusieurs concurrents équivalents face à qui se démarquer ?
Nous intervenons sur des marchés de niche et la concurrence existe ! Elle porte parfois sur des gammes de produits, ou sur un dispositif très précis seulement. Cela nous sert d’aiguillon mais nous devons de toute façon innover pour suivre l’évolution des réglementations et répondre aux demandes de plus en plus pointues du marché. Il y a chez Lab Water au-delà des attentes existantes de qualité et des performances des produits une demande croissante de traçabilité, d’optimisation de l’encombrement des appareils ou encore d’efficacité énergétique et de réduction de l’impact environnemental. Notre fierté est d’évoluer sur tous ces aspects, et de fournir à la fois les instruments et les consommables mais aussi un service d’aide à leur mise en œuvre dans des contextes parfois complexes, via notre centre d’ingénierie Solutions&Systems notamment. Nous sommes la seule entreprise à pouvoir proposer cela.

Propos recueillis par Véronique Parasote

Similar posts
  • A Molsheim, Merck élève ses activités au Cube Vous devez être abonné(e) et connecté(e) pour voir entièrement ce contenu. Veuillez Login pour accéder au [...]
  • Le biocontrôle par la microbiologie de sols   Tribune libre de Christian Huyghe, directeur scientifique de l’INRA Le sol est riche en matière organique et extrêmement riche en microbes ; ce « microbiote » est dépendant de l’histoire de la parcelle et il conditionne ses potentialités agronomiques : la capacité à faire pousser, c’est ça qui va déterminer la minéralisation de l’azote, la libération du [...]
  • Pour une vision pragmatique Vous devez être abonné(e) et connecté(e) pour voir entièrement ce contenu. Veuillez Login pour accéder au [...]
  • Pfizer rachète Medivation pour 14 Milliards de dollars Les jeux sont faits. Le laboratoire pharmaceutique américain Pfizer a racheté fin août la biotech Medivation, spécialisée dans le traitement du cancer, pour 14 milliards de dollars (Mds $) (12,4 milliards d’euros), à peine trois mois après le rachat d’Anacor Pharmaceutical pour 5,2 Mds$. Medivation, propriétaire du Xtandi, un médicament vedette contre le cancer de [...]
  • ARD rejoint le consortium de TWB ARD – Agro-industrie Recherches et Développements, société de recherche et développement spécialisée dans la conception et la mise à l’échelle de procédés de biotechnologie industrielle, du stade laboratoire au stade du démonstrateur, rejoint le consortium de TWB – Toulouse White Biotechnology, démonstrateur pré-industriel en biotechnologies industrielles basées sur le carbone renouvelable. ARD souhaite notamment s’investir [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Dernière Lettre parue

Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)
Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)

Abonnement

(abonnement aux éditions de la Lettre et accès intégral au site)

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite

AIS 2017