Une vision stratégique de l'actualité scientifique et technologique du secteur des biotechnologies.

Inquiétude sur le dioxyde de titane dans l’alimentation

 

1c175137bdb972cbbd9ec516dc4434b0Les enfants seraient deux à quatre fois plus exposés au dioxyde de titane que les adultes du fait de leur consommation de confiseries comme en a alerté dès juin 2016,  Agir pour l’environnement révélant la présence de cet additif alimentaire (E171) en contenant dans des biscuits LU, des chewing-gums Malabar et la blanquette de veau William Saurin. Le 19 janvier, l’association a prouvé qu’il y en avait également dans les bonbons Têtes brûlées et les chewing-gums NEW’R, réclamant le retrait de tous les produits alimentaires contenant des nanoparticules ainsi qu’un moratoire sur leur présence dans l’alimentation.

Le 20 janvier, l’INRA publiait dans la revue Scientific Reports (Nature) une étude sur les effets de l’ingestion par des animaux de nanoparticules de dioxyde de titane : lésions pré-cancers, immunité altérée, pénétration de la paroi intestinale. « Ces résultats témoignent d’un effet initiateur et promoteur des stades précoces de la cancérogenèse colorectale, sans toutefois permettre d’extrapoler ces conclusions à l’Homme et pour des stades plus avancés de la pathologie » précise le communiqué de l’Inra. Le jour même, le gouvernement a saisi l’Anses « afin de déterminer si l’additif alimentaire E171 présentait un éventuel danger pour les consommateurs » selon Le Monde. « Les résultats  de cette saisine seront connus fin mars. Elle s’inscrit dans le cadre des travaux de l’Anses déjà engagés à la demande du gouvernement le 17 octobre 2016, sur l’impact potentiel des nanomatériaux de l’alimentation sur notre santé« .

 

Similar posts
  • Des virus pour la sécurité alimentaire Vous devez être abonné(e) et connecté(e) pour voir entièrement ce contenu. Veuillez Login pour accéder au [...]
  • Microbiote et contaminants alimentaires : une mycotoxine amplifie l’action génotoxique d’une bactérie intestinale Des chercheurs de l’Inra et leurs partenaires1 ont étudié chez l’animal les conséquences de la présence simultanée dans l’intestin d’un certain groupe de bactéries du microbiote et d’un contaminant alimentaire courant, le déoxynivalénol (DON). Ils montrent que la présence de cette mycotoxine renforce le caractère génotoxique des bactéries, c’est-à-dire augmente le nombre des cassures sur [...]
  • Le biocontrôle par la microbiologie de sols   Tribune libre de Christian Huyghe, directeur scientifique de l’INRA Le sol est riche en matière organique et extrêmement riche en microbes ; ce « microbiote » est dépendant de l’histoire de la parcelle et il conditionne ses potentialités agronomiques : la capacité à faire pousser, c’est ça qui va déterminer la minéralisation de l’azote, la libération du [...]
  • L’INRA publie une étude sur les effets de l’ingestion de l’additif alimentaire E171 L’INRA a publié le 20 janvier dans la revue Scientific Reports (Nature) une étude sur les effets de l’ingestion de nanoparticules de dioxyde de titane : lésions pré-cancers, immunité altérée, pénétration de la paroi intestinale. Des chercheurs de l’Inra et leurs partenaires1 ont étudié les effets d’une exposition orale au dioxyde de titane, un additif [...]
  • 3 nouveaux succès dans les projets labellisés IAR     Le pôle Industrie Agro-Ressources a annoncé que les projets européens LIPES (projet de démonstration) et ZELCOR (projet de recherche) ont passé avec succès la phase d’évaluation du dernier appel à projets du Partenariat Public-Privé Bio-Based Industries (PPP BBI).  Le projet VITI OPTIMUM 2.0 est quant à lui sélectionné au 21ème appel à projets [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Dernière Lettre parue

Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)
Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)

Abonnement

(abonnement aux éditions de la Lettre et accès intégral au site)

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite

Genopole
Mab Design