Une vision stratégique de l'actualité scientifique et technologique du secteur des biotechnologies.

Horama lève 19 M€ dans un tour de série B

Horama, société française de biotechnologie basée à Paris et à Nantes et spécialisée dans la thérapie génique pour le traitement de maladies génétiques rares en ophtalmologie, a annoncé le 8 novembre une levée de fonds « Série B » de 19 M€ auprès de quatre nouveaux fonds d’investissements : Kurma Partners (lead investor), Fund+, Pontifax et Idinvest, et de ses investisseurs historiques : Omnes Capital, GO Capital, et Sham Innovation Santé/Turenne.

Principal objectif de cette levée : financer le développement du projet HORA-PDE6B, et particulièrement son entrée en phase clinique qui vient d’être autorisée par l’ANSM. Ce tour de table fait suite aux 4 M€ déjà obtenus en juillet 2016 (Série A). Les deux programme principaux de la plateforme de thérapie génique d’Horama bénéficient des désignations de médicaments orphelins : HORA-PDE6B (rétinite pigmentaire), qui va pouvoir prochainement être administré au premier patient de l’essai clinique de Phase I/II, et HORA-RLPB1 (RPA ou Rétinite Ponctuée Albescente) actuellement en phase préclinique. HORA-PDE6B est un candidat-médicament dans le traitement de la rétinite pigmentaire due à une mutation du gène PDE6B. Il s’agit d’une thérapie génique de remplacement qui permet de fournir une copie non mutée du gène PDE6B humain pour exprimer une protéine PDE6ß fonctionnelle. Il n’existe à ce jour aucun traitement pour la rétinite pigmentaire.

Horama développe des traitements de thérapie génique reposant sur des vecteurs viraux adéno-associés recombinants (rAAV) et ciblant des maladies rares de la rétine. La société dont Christine Placet est la présidente et directrice générale,  a été créée en 2014, à l’initiative d’une équipe de chercheurs académiques ayant mené dès 2011 l’un des tout premiers essais cliniques de thérapie génique appliquée à l’ophtalmologie en France. Ces chercheurs fondateurs d’Horama, Philippe Moullier, Christian Hamel (1955-2017) et Vasiliki Kalatzis de l’INSERM, Michel Weber et Guylène Le Meur du CHU de Nantes possèdent des compétences complémentaires reconnues sur la scène internationale.

Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Dernière Lettre parue

Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)
Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)

Abonnement

(abonnement aux éditions de la Lettre et accès intégral au site)

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite