Une vision stratégique de l'actualité scientifique et technologique du secteur des biotechnologies.

Faire de la France un leader mondial des sciences de la vie

France Biotech à Paris le 28 novembre

France Biotech à Paris le 28 novembre

Le panorama de l’Industrie des Sciences de la Vie en France 2016 a été présenté pour la seconde fois le 30 novembre lors du BioFit 2016 à Lille, conformément à la volonté de Maryvonne Hiance, la présidente de France Biotech, de faire le tour de France des territoires.

Parmi les mesures phares de la feuille de route France Biotech 2016-2018 qu’elle a également présentée, la première est de faire reconnaître le Label French Tech pour les Biotechs alors qu’il s’est orienté au départ sur les entreprises du numérique. « Le modèle du digital est plus court. Il faut que la sphère politique et économique prenne conscience que si les investissements sont beaucoup plus importants dans le domaine de la santé et les délais de mise sur le marché plus longs, les enjeux ensuite sont beaucoup plus considérables que dans le domaine du digital. Si la France veut être présente sur ce marché explosif (500 Mds euros), il faut qu’elle s’en donne les moyens » affirme Maryvonne Hiance.  « Toute la politique se focalise sur le numérique mais le numérique se tourne aussi vers la santé (mécanique des cellules, bio-impression 3D) » ajoute-t-elle.

France Biotech préconise des mesures pour le soutien à l’innovation telle que le fléchage des épargnants vers le capital investissement. Le Comité Stratégique de Filière a acté un fléchage de 7,5% de la collecte des fonds de retraite supplémentaire facultatifs (Art 83, Madelin, PEE, PERCO, PERP …)vers des fonds d’investissement à long terme dans l’innovation santé, ce qui correspondrait à environ 1 Md par an.

Deuxième mesure phare : la prolongation du statut de Jeune Entreprise Innovante (JEI) qui représente un outil considérable pour les entreprises de biotech dont les produits mettent parfois 15 ans à arriver sur le marché. Ainsi Genfit, une société lilloise créée en 1999, arrive tout juste en phase 3 d’essais cliniques pour son candidat-médicament Elafibranor (GFT 500) contre la NASH (stéatohépatite non-alcoolique). « Nous réclamons de prolonger le statut de JEI à 15 ans, avec un effet dégressif de 12 ans à 15 ans, pour les entreprises du secteur (pharma, techno, santé) qui maintiennent un taux de 25 % de R&D ». La présidente de France Biotech souhaite également mettre en place des mesures d’actions gratuites, telles que définies par la loi Macron d’août 2016, permettant de perpétuer l’attractivité des capitaux pour la France.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Dernière Lettre parue

Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)
Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)

Abonnement

(abonnement aux éditions de la Lettre et accès intégral au site)

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite

Mab Design
AIS 2017