Une vision stratégique de l'actualité scientifique et technologique du secteur des biotechnologies.

Deux entreprises bordelaises lancent une augmentation de capital sur Wiseed : Poietis et Odontella

Deux entreprises bordelaises, Poietis et Odontella démarrent en juillet leur augmentation de capital sur Wiseed

Poietis : Première plateforme de bio-impression industrielle

Poietis première bioimprimante industrielle

Poietis : première plateforme de bio-impression industrielle

Poietis, société de biotechnologie spécialisée dans la conception de thérapies de médecine régénératrice et personnalisée issues de la bio-impression 4D par laser, a annoncé le 18 juillet une nouvelle augmentation de capital de deux millions d’euros ouverte aux investisseurs particuliers au travers d’une campagne de financement participatif sur la plateforme WiSEED. Deux ans après avoir finalisé un tour de financement record de près de 1 million d’euros sur cette même plateforme, complété par l’apport de business angels ,du soutien de Bpifrance et du Conseil Régional d’Aquitaine, la société a atteint tous ses objectifs stratégiques annoncés pour 2017: le lancement de la première plateforme de bio-impression industrielle, le développement et la validation de Poieskin, premier produit bio-imprimé en catalogue dont les premières commandes pour bêta-tests commencent à être livrées; et enfin la signature de 6 partenariats de co-développement de tissus bio-imprimés, dont celui avec BASF sur nouveau un modèle de peau bio-imprimé et celui avec L’Oréal, sur la bio-impression d’un follicule pileux.

12654

 

Odontella : Une gamme Vegan 100 % végétale

Odontella aurita -crédit photo By Richard A. Ingebrigtsen, Department of Arctic and Marine Biology, University of Tromsø - Own work, CC BY-SA 3.0

Odontella aurita -crédit photo By Richard A. Ingebrigtsen, Department of Arctic and Marine Biology, University of Tromsø – Own work, CC BY-SA 3.0

Entrepreneur depuis trente ans et pionnier de l’aquaculture, Pierre Calleja a lancé en 2016 la société Odontella, du nom d’une microalgue (une diatomée), Odontella aurita, toute première algue autorisée à la consommation humaine. Il est l’ex-fondateur et PDG de Fermentalg à Libourne, une société cotée en bourse qui produit des huiles enrichies en oméga 3 issues de la culture de microalgues en hétérotrophie.

Après avoir quitté la société en 2016, Pierre Calléja a entrepris une thèse à l’UTC (Université technologique de Compiègne) par fidélité à Daniel Thomas. Après un travail intense d’analyse et de réflexion avec son compagnon de longue date, Claude Gudin, père fondateur des microalgues qui a inventé le premier photobioréacteur au CEA, il a redémarré un nouveau projet. L’objectif est cette fois de mettre rapidement sur le marché ses premières grammes de produits à base de microalgues dans plusieurs segments de l’agro-alimentaire.

A quatre, ils ont co-fondé la société Odontella dont le siège est à Bordeaux : Pierre Calleja en est le président, Claude Gudin, le conseiller scientifique, Alain Guillou, docteur en nutrition, le directeur scientifique, spécialiste en charge de la formulation des aliments – ex-CRBM (Centre de Recherche sur les Biotechnologies Marines) au Québec-, et Soraya Al Kaïmi, responsable administratif de grande expérience, se retrouve chargée d’affaire. Persuadé que les microalgues vont bientôt coloniser toute l’alimentation humaine, Pierre Calleja précise « Nous avons passé un accord avec la plateforme du CRT Agir Aquitaine (agro-alimentaire) à Pessac et avons déjà déposé plusieurs brevets d’utilisation des algues, notamment Odontella aurita, pour une gamme de boissons, une deuxième gamme encore secrète, et une troisième gamme de poissons texturés d’origine marine : le Saumon Végétal Marin et le Thon Végétal Marin».

Sur le plan réglementaire, ça va beaucoup plus vite étant donné que l’algue Odontella a déjà l’agrément Novel food. « Nous voulons lancer une gamme Vegan 100 % vegétale. Alain Gillou est végétarien et la plateforme Wiseed qui croit dans nos produits nous soutient pour cette opération de financement participatif d’un montant de 600 000 euros jusqu’en septembre. Nous avons déjà obtenu 300k€ auprès d’investisseurs privés et un prêt de bpifrance. Il est temps d’accélérer le développement de ces nouvelles gammes et le déploiement commercial pour réaliser le CA de 4,8 M€ prévu d’ici 2020.Notre feuille de route est très planifiée. La stratégie est claire, il ne reste plus qu’à la dérouler » ajoute-t-il confiant.

Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Dernière Lettre parue

Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)
Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)

Abonnement

(abonnement aux éditions de la Lettre et accès intégral au site)

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite

InnovIn Med