Une vision stratégique de l'actualité scientifique et technologique du secteur des biotechnologies.

Controversé, le texte sur les PE est adopté par la Commission Européenne

La Commission européenne a fini par obtenir le 4 juillet – ainsi que l’écrivait le journal Le Monde – un vote favorable des états membres à son projet controversé de définition réglementaire des perturbateurs endocriniens (PE), ces substances chimiques, omniprésentes dans l’environnement. Le Danemark, la Suède et la République tchèque s’y sont opposés mais la France a voté pour le texte.

Les scientifiques demandaient qu’une échelle graduée soit mise en place, distinguant les perturbateurs endocriniens « suspectés », « présumés » et « avérés » – à la manière de la classification des substances cancérogènes. Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, se réjouit que le critère de perturbateurs « présumés » ait été ajouté au texte et que les PE « avérés » soient désormais interdits. « C’est une brèche ouverte dans la lutte contre ces substances nocives. Même si le texte n’est pas parfait… On a gagné une bataille mais on a pas gagné la guerre » a-t-il déclaré. Les textes adoptés permettront d’appliquer le règlement 2009 sur les pesticides mais devraient servir de base à la régulation d’autres secteurs industriels (emballages, cosmétiques, jouets).

Plus de 70 ONG européennes regrettent le caractère insuffisant des critères. Une clause controversée permet d’empêcher un retrait des pesticides connus spécifiquement pour perturber les systèmes endocriniens des insectes cibles, une exemption développée par les géants allemands Bayer et BASF.

Face à une décision largement qualifiée de « capitulation », les ONG demandent au Parlement européen de rejeter ces critères inefficaces pour la protection de la santé humaine et de l’environnement. C’est le cas de Générations futures (Agir pour l’environnement) qui appelle à signer une pétition dans ce sens. Selon cette association :

– les critères exigent un niveau de preuve très élevé, ce qui rend très difficile l’identification des substances comme des PE et risque d’entraîner de longs retards ;

– l’exemption proposée pour l’identification de certains pesticides et biocides qui sont conçus pour agir par un mode d’action de perturbation endocrinienne compromet fortement l’objectif du droit européen d’éliminer l’utilisation des PE dans les pesticides et les biocides.

– les critères contredisent l’engagement de l’UE en matière de critères PE horizontaux et la minimisation des expositions PE telles que décidées dans le septième programme d’action environnementale.

« Générations futures regrette que la France ait voté pour la proposition de critères pour les perturbateurs endocriniens faite par la Commission européenne car les critères maintenant adoptés ne permettront pas d’offrir un haut niveau de protection de la santé publique et de l’environnement. Il s’agit clairement d’une occasion manquée mais tout n’est pas perdu et nous appelons aujourd’hui le Parlement européen à les rejeter » regrette François Veillerette, porte-parole de Générations Futures.

Similar posts
  • Poietis, sa bio-impression séduit les industriels Vous devez être abonné(e) et connecté(e) pour voir entièrement ce contenu. Veuillez Login pour accéder au [...]
  • Bayer rachète Monsanto pour 59 milliards d’euros Le nouvelle enflait depuis quatre mois avec des offres de rachats successives, chaque fois plus élevées. La dernière a atteint 128 dollars par action soit 5% de plus que la première, ce qui représente une prime de 44% pour les actionnaires. Aujourd’hui, Monsanto a accepté l’offre de rachat de Bayer pour la somme colossale de 66 [...]
  • L’U.E. reporte sa décision sur l’autorisation du glyphosate L’Union Européenne a reporté le 19 mai sa décision sur le renouvellement de l’autorisation du glyphosate. C’est la deuxième fois, après le mois de mars 2016, que le comité renonce à trancher faute d’une majorité suffisante parmi les 28 Etats membres. Quoi qu’il en soit, sans nouvelle autorisation, le glyphosate sera interdit en Europe au [...]
  • BASF ouvre un centre de recherche dédié au biocontrôle et aux solutions de protection des semences Le Groupe BASF ouvre un nouveau centre R&D au siège de sa division Protection des Cultures à Limburgerhof, en Allemagne, une unité qui réalise un CA de 5,8 Mds€. En associant deux secteurs de recherche complémentaires et prometteurs, le biocontrôle et la protection des semences, le centre constituera un pôle d’expertises pour des solutions à [...]
  • Succès du programme BioHub dédié aux plastiques Vous devez être abonné(e) et connecté(e) pour voir entièrement ce contenu. Veuillez Login pour accéder au [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Dernière Lettre parue

Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)
Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)

Abonnement

(abonnement aux éditions de la Lettre et accès intégral au site)

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite

InnovIn Med
Insectinov