Une vision stratégique de l'actualité scientifique et technologique du secteur des biotechnologies.

Autisme et schizophrénie : pourquoi les hommes sont plus touchés

De nombreuses recherches ont montré que le sexe des sujets modulait de risque de développer certaines pathologies, comme l’hypertension, le diabète ou l’arthrose mais aussi certaines atteintes psychiatriques. Alors que la dépression et l’anxiété concernent davantage les femmes, les troubles du neurodéveloppement touchent plutôt les individus de sexe masculin. Les hommes souffrent ainsi plus d’autisme et de schizophrénie que les femmes.

Pour mieux comprendre les mécanismes moléculaires qui sous-tendent ces disparités Tracy Bale et ses collègues, de l’Université du Maryland, se sont intéressés à la vie intra-utérine et notamment à une voie moléculaire qui joue un rôle-clef dans la santé placentaire impliquant l’enzyme OGT (O-linked N-acetylglucosamine transferase). Leur étude réalisée sur des souris a montré que cette protéine agissait durant la grossesse sur le profil d’expression des gènes, et in fine le neurodéveloppement, en fonction du sexe. Les chercheurs ont découvert que des taux élevés de cette enzyme dans le placenta protégeaient les embryons femelles du stress durant la grossesse, grâce à des régulations épigénétiques, et notamment la triméthylation de la lysine 27 de l’histone H3. Les ARNmOGT et les protéines OGT sont plus nombreux dans les placentas d’embryons féminins que masculins,  chez la souris comme chez l’Homme. Situé sur le chromosome X, le gène OGT met ainsi les embryons femelles à l’abri des perturbations (variation d’alimentation, stress, infection …) qui affectent l’environnement maternel et prévient notamment la survenue de troubles du neurodéveloppement lors de la vie fœtale. Des résultats qui rejoignent ceux obtenus lors d’une précédente étude. L’équipe avait en effet déjà montré, chez le modèle murin, qu’un stress affectant le père pouvait, via des modifications épigénétiques survenant dans les spermatozoïdes, affecter le développement du cerveau de la descendance.

Bridget M Nugent et al. (2018) Nature Communications 9, Article number: 2555

Similar posts
  • Les bases théoriques et conceptuelles de la génétique doivent être repensées En collaboration avec RTFlash, édito du Sénateur René Trégouët du 6 juillet 2018 De la découverte de la structure de l’ADN par Watson et Crick en 1953 à la première carte complète du génome humain en 2003, il a fallu 50 ans d’efforts et de recherches, tant les difficultés scientifiques et techniques à surmonter étaient [...]
  • Perspectives de l’épigénétique en dermo-cosmétique Les chercheurs de Givaudan Active Beauty testent in vitro sur des lignées cellulaires des produits d’origine végétale ou marine pour trouver des marqueurs de l’épigénétique. Interview d’Alexis Rannou, Directeur des Opérations chez Givaudan Active Beauty, business unit dédiée aux ingrédients actifs cosmétiques du Groupe Givaudan   Les industriels de la cosmétique attendent beaucoup de l’épigénétique ? [...]
  • L’Institut Curie et Freenome annoncent une collaboration stratégique associant analyse de l’ADN tumoral circulant et technologies d’intel... Communiqué de presse L’Institut Curie et Freenome annoncent une collaboration stratégique pour évaluer la plateforme d’intelligence artificielle de Freenome appliquée aux biomarqueurs tumoraux circulants comme outil de prédiction de réponse des patients aux immunothérapies. Ces dernières années, les approches dites de biopsies liquides ont permis de détecter des fragments d’ADN tumoral circulant (ADNc) et des [...]
  • Le bumétanide améliore les contacts sociaux chez les patients autistes Des travaux de recherche menés par Nouchine Hadjikhani (Martinos Center for Biomedical Imaging, Harvard Medical School, Boston, Etats-Unis et Université de Gothenburg, Suède), Eric Lemonnier (Centre Hospitalier Universitaire, Limoges, France) et Yehezkel Ben-Ari (Neurochlore, Marseille, France) viennent de démontrer que la bumétanide, antagoniste du NKCC1 (récepteur membranaire qui importe les ions chlore à l’intérieur des [...]
  • La stimulation électromagnétique du cerveau : une révolution !  En partenariat avec RTFlash  Edito du Sénateur René Tregouët zoom Cette semaine je reviens sur une innovation, peut-être devrais-je dire une révolution, que nous avons déjà évoquée à plusieurs reprises dans RT Flash et qui est en train de confirmer son immense potentiel scientifique et thérapeutique : la stimulation électrique et magnétique contrôlée du cerveau. Expérimentée [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Dernière Lettre parue

Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)
Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)

Abonnement

(abonnement aux éditions de la Lettre et accès intégral au site)

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite

Maison de la chimie 2018