Une vision stratégique de l'actualité scientifique et technologique du secteur des biotechnologies.

3 nouveaux succès dans les projets labellisés IAR

 

 

Le pôle Industrie Agro-Ressources a annoncé que les projets européens LIPES (projet de démonstration) et ZELCOR (projet de recherche) ont passé avec succès la phase d’évaluation du dernier appel à projets du Partenariat Public-Privé Bio-Based Industries (PPP BBI).  Le projet VITI OPTIMUM 2.0 est quant à lui sélectionné au 21ème appel à projets du Fonds Unique Interministériel (FUI).

Le Projet LIPES (Life Integrated Process for the Enzymatic Splitting of triglycerides) est un programme H2020 de l’appel à projet « High purity bio-based intermediates and end products from vegetable oils and fats ». LIPES va développer un démonstrateur pour un nouveau procédé durable d’hydrolyse des huiles végétales en acides gras et glycérol par voie enzymatique. Le projet vise à élargir grâce à un procédé continu et durable les débouchés des acides gras en répondant à la demande en acides gras de qualité supérieure (sans acide gras TRANS) attendus dans le secteur alimentaire et d’acides gras haute pureté pour des applications à plus forte valeur ajoutée (applications alimentaire, cosmétique et industrielles). Sont associés à ce projet porté par le groupe belge Oléon NV, deux PME, l’anglaise BIOCATALYSTS et l’allemande STC-Engineering GmbH, le groupe DSM (Pays-bas) et la Technical University de Berlin.

Le Projet ZELCOR, projet de recherche porté par l’INRA est encore confidentiel.

Quant au projet VITI OPTIMUM 2.0 , porté par  le pôle Agri Sud Ouest Innovation et colabellisé par la Pôle IAR, c’est un projet destiné à promouvoir une agriculture de précision au service des viticulteurs.  Il vise à développer des outils de diagnostic innovants (plus précis, interopérables et connectés) pour faciliter et optimiser le travail du technicien de coopératives agricoles sur les parcelles viticoles et permettre ainsi d’apporter un conseil personnalisé aux viticulteurs dans le contexte EcoPhyto2.   Plusieurs outils mettant en œuvre des TIC seront développés et permettront aux techniciens de gagner en efficacité et confort de travail, tout en réduisant les risques de santé liés aux contacts avec les produits phytosanitaires. Ce projet FUI d’une durée de 4 ans dont le budget global est de 3,6 M€ va bénéficier d’aides à hauteur de 1,3 M€. Porté par QUALISOL, il est monté en partenariat avec  ISAGRI,  SI CONSULT, l’Institut Français de la Vigne et du Vin, CLLE LTC (Université Toulouse Jean Jaurès – CNRS), PURPAN et SOGEFI.

Similar posts
  • Des virus pour la sécurité alimentaire Vous devez être abonné(e) et connecté(e) pour voir entièrement ce contenu. Veuillez Login pour accéder au [...]
  • Microbiote et contaminants alimentaires : une mycotoxine amplifie l’action génotoxique d’une bactérie intestinale Des chercheurs de l’Inra et leurs partenaires1 ont étudié chez l’animal les conséquences de la présence simultanée dans l’intestin d’un certain groupe de bactéries du microbiote et d’un contaminant alimentaire courant, le déoxynivalénol (DON). Ils montrent que la présence de cette mycotoxine renforce le caractère génotoxique des bactéries, c’est-à-dire augmente le nombre des cassures sur [...]
  • Le biocontrôle par la microbiologie de sols   Tribune libre de Christian Huyghe, directeur scientifique de l’INRA Le sol est riche en matière organique et extrêmement riche en microbes ; ce « microbiote » est dépendant de l’histoire de la parcelle et il conditionne ses potentialités agronomiques : la capacité à faire pousser, c’est ça qui va déterminer la minéralisation de l’azote, la libération du [...]
  • Participer au programme H2020 Vous devez être abonné(e) et connecté(e) pour voir entièrement ce contenu. Veuillez Login pour accéder au [...]
  • Inquiétude sur le dioxyde de titane dans l’alimentation   Les enfants seraient deux à quatre fois plus exposés au dioxyde de titane que les adultes du fait de leur consommation de confiseries comme en a alerté dès juin 2016,  Agir pour l’environnement révélant la présence de cet additif alimentaire (E171) en contenant dans des biscuits LU, des chewing-gums Malabar et la blanquette de veau [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Dernière Lettre parue

Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)
Cliquez sur l'image pour accéder à la lecture via Calaméo (accès réservé aux abonnés)

Abonnement

(abonnement aux éditions de la Lettre et accès intégral au site)

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite

Genopole
InnovIn Med